Adobe Flash: Le coup de grâce

Block title
Block content

Bien que la fin du flash soit annoncée par la plupart des professionnels, le coup de grâce est venu du géant du web Google via son navigateur Chrome qui représente tout de même 45% des parts du marché des navigateurs utilisés.

A compter du 1er septembre 2015, l’équipe de Chrome a décidé de bloquer le déclenchement automatique des animations flash, l’utilisateur sera alors invité à cliquer sur un bouton pour activer le plugin flash et démarrer l’animation. Autant dire une action répulsive du flash.

Au départ, la première contrainte est venue de chez Google, qui a boudé le référencement des contenus Flash, puis le premier coup sérieux est venu d’Apple en 2010, qui a bloqué la lecture du format Flash sur son système d'exploitation iOS des iPhone, iPad et les MacBook. Cette décision était motivée par le fait que cette technologie est trop gourmande en ressources et qu’elle était trop lente.
Pourtant le flash a connu ses années de gloire, une industrie et des métiers étaient dédiés à cette technologie, avec plus de 85% des sites qui utilisaient au moins partiellement cette technologie, mais depuis la croissance exponentielle des produits Apple et l'arrivée de nouvelles technologies, les animations flash se trouvent cloisonnées et désavouées par les développeurs.

Ne sous-estimez pas les conséquences

  • Pour les sites 100% flash l’impact sera immédiat, un blocage d’office. Les visiteurs auront peur d’activer le flash, mais en même temps il faut avouer que peu de sites sont encore en Full Flash.
  • Pour les sites qui utilisent partiellement ces animations, l’effet va être néfaste, car l’affichage sera "altéré", et le site pourrait mal s’afficher (cassé), ceci pourrait faire augmenter le taux de rebonds des visiteurs.
  • Il y a aussi tous les players vidéo qui fonctionnent a base de la technologie flash, les visiteurs vont devoir faire plusieurs clics pour pouvoir lancer les vidéos, autant dire que c’est quelque chose que les visiteurs n'aiment pas.
  • N’oublions pas aussi le secteur publicitaire, car de nombreuses campagnes de bannières animées utilisent encore le flash, inutile donc de dire qu’il va y avoir du travail pour s’adapter à ce changement. Certaines régies publicitaires vont devoir modifier leurs façons de travailler avec ce changement technologique.

Fin du flash, comment faire ? Notre conseil :

Il est impératif de s’y préparer avant la rentrée, car nous ne savons pas comment vont se comporter au juste Google Chrome et les visiteurs des sites, prenez donc des mesures pour passer en revue votre site et repérer toutes les parties flash de votre site, puis faites les remplacer par des technologies comme le HTML5/JavaScript qui sont déjà annoncés comme les remplaçants du flash et qui sont pris en charge par tous les navigateurs et support mobiles.

Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à nous contacter, nous ferons le nécessaire pour vous accompagner dans cette transition.

AppleFlashPlayerPluginshtml5iPhoneiPadMacBookBannièreAdobeiOSGoogle

Block title