Block title
Block content
Les chercheurs ont créé une intelligence artificielle qui peut lire et réagir aux émotions

Les chercheurs ont créé une intelligence artificielle qui peut lire et réagir aux émotions

Les chercheurs de l'Université de Cambridge ont développé un algorithme d'IA qui peut évaluer le taux de douleur chez un mouton en lisant ses expressions faciales. Ce système facilite la détection précoce des conditions pénibles au sein du bétail et pourrait donc éventuellement être utilisé comme base pour les IA qui lisent les émotions sur les visages humains.

La lecture des expression des moutons

L'un des androïdes artificiellement intelligents les plus populaires d'aujourd'hui provient de la série télévisée "MARVEL's Agents of S.H.I.E.L.D." Ceux d'entre vous qui ont suivi l'histoire de la dernière saison (pas de spoilers ici) adorent ou détestent probablement ADA maintenant. L'une des choses les plus intéressantes à propos de ce personnage d'IA (fictif) est qu'il peut lire les émotions des gens. Grâce à des chercheurs de l'Université de Cambridge, cette capacité d'IA pourrait peut être bientôt nous faire passer le saut de la science-fiction à la réalité.

La première étape dans la création d'un tel système est l'apprentissage d'un algorithme sur des expressions faciales plus simples et d’une seule émotion ou d’un sentiment spécifique. Dans ce but, l'équipe de Cambridge s'est concentrée sur l'utilisation d'un algorithme de Machine Learning pour déterminer si un mouton souffre. Il y’a quelque temps, ils ont présenté leurs recherches à la Conférence internationale de l'IEEE à propos de la reconnaissance automatique des visages et des gestes à Washington, DC.

Le système qu'ils ont développé «the Sheep Pain Facial Expression Scale» (SPFES) a été formé à l'aide d'un jeu de données de 500 photographies de moutons pour apprendre à identifier cinq caractéristiques distinctes du visage d'un mouton lorsque l'animal souffre. L'algorithme classe ensuite les caractéristiques sur une échelle de 1 à 10 pour déterminer la gravité de la douleur. Les premiers tests ont montré que le SPFES pouvait identifier les niveaux de douleur avec une précision estimée à 80%.

Comprehensif et humain

SPFES a été un départ pour Peter Robinson, le professeur de Cambridge qui dirige la recherche, car il se concentre généralement sur les systèmes conçus pour lire les expressions faciales de l'homme. "Il y a eu beaucoup plus d'études au cours des années précédentes s’adressant aux hommes", a expliqué Robinson dans un communiqué de presse.

"Mais beaucoup des travaux précédents sur les visages des animaux ont été réalisés par Darwin, qui a soutenu que tous les humains et beaucoup d'animaux expriment des comportements remarquablement similaires, nous avons donc pensé qu'il y aurait vraisemblablement un croisement entre les animaux et notre travail sur les visages humains."

Comme l'a expliqué la co-auteur, Marwa Mahmoud:

"La partie intéressante est que vous pouvez voir une analogie claire entre ces actions dans les visages des moutons et celles qui y sont similaires chez les humains lorsqu'ils souffrent. Il existe une similitude entre leurs muscles de visages et les nôtres. "

Ensuite, l'équipe espère enseigner à SPFES comment lire les expressions faciales des moutons à partir des images en mouvement, ainsi que former le système pour fonctionner lorsqu'un mouton ne regarde pas directement une caméra. L'algorithme pourrait améliorer la qualité de vie du bétail en facilitant la détection précoce de conditions douloureuses qui nécessitent un traitement rapide, en l'ajoutant à la liste croissante d'applications pratiques et humaines pour l'IA.

Des développements supplémentaires pourraient conduire à des systèmes capables de reconnaître et de réagir avec précision aux émotions humaines, ce qui brouille encore d'avantage la ligne entre les intelligences naturelles et artificielles.